Complément

immunitaire de lutte contre les infections. Le système du complément, qui aide à l’identification des immunocomplexes, est un système lytique qui permet d’éliminer les microorganismes pathogènes.

Les marqueurs du système du complément sont utilisés en diagnostic et en recherche. Un domaine particulier d’application est le test de biocompatibilité des dispositifs médicaux et des agents thérapeutiques.

Test de biocompatibilité des dispositifs médicaux et des agents thérapeutiques.

Les matériaux contenus dans les dispositifs médicaux doivent être testés pour leur activité du complément, selon l’ISO 10993 « Evaluation Biologique des Dispositifs Médicaux et Test de leur Interaction avec le Sang ».

Le matériel utilisé in-vivo (par ex. cathéter, stent, valves cardiaques etc.) doit se comporter de façon inerte dans le corps, il ne doit pas se décomposer, ni provoquer des réactions de rejet ou affecter le métabolisme de façon significative. De plus, toutes les molécules administrées en intraveineuse, les produits sanguins et les solutions pour perfusion doivent être testés en ce qui concerne une activation directe du complément.

Par ailleurs, avant toute utilisation clinique, on doit vérifier soigneusement le potentiel d’activation du complément des produits créés dans le nouveau domaine de l’ingénierie tissulaire et fabriqués à partir de tissu natif et de cellules.

Notamment dans les traitements qui impliquent des anticorps monoclonaux, l’activation du complément se fait via le site de liaison du C1q sur la chaîne lourde de l’IgG de souris. On a donc introduit une classe d’anticorps humanisés, afin de minimiser cette activation.

Retour à l'index