Facteurs de Croissance

Nom du produit

IGF‐II Humaine

“Insulin like Growth Factor - II“

Cat. noE30
Gamme0.45 - 9 ng/ml (3600 ng/ml pré dilué 1:400) Int Std WHO NIBSC 96/538
Sensibilité0.02 ng/ml
Durée d'incubation2.75 heures
Volume échantillon5 µl (à diluer 1:401 pour le Sérum et le Plasma)
Echantillon

Sérum, Plasma (EDTA, Citrate, Héparine) Urine, Salive, LCR, Lait, Culture cellulaire

Précautions

Refroidir les échantillons dès que possible après le prélèvement. Conserver
à –20°C. Eviter les congélations/décongélations répétées.
 

Valeurs de référence

Age dépendant. Un tableau détaillé des valeurs d’IGF II obtenues pour le sérum et le plasma figure dans le protocole.

Espèces

Humaine

Intérêt clinique

Les facteurs de croissance « Insulin-like” (IGF) I and II jouent un rôle primordial dans la régulation de la prolifération et de la différenciation de nombreux types cellulaires. L’IGF-I est identique à la Somatomédine C et a un poids moléculaire de 7649 daltons. Elle est principalement régulée par l’hormone de croissance et la nutrition. Mais on sait que différentes hormones et facteurs peptidiques favorisent la synthèse de l’IGF-II dans différents tissus. La biodisponibilité des IGFs est régulée par des protéines de liaison spécifiques (IGFBP). En dehors de la forte affinité des protéines de liaison 1-6 des facteurs de croissance « Insulin-like », les IGFsont aussi liés par des protéines proches des IGFBP. Ces protéines de liaison se lient soit à IGF-I soit à IGF-II avec la même affinité, soit préférentiellement à l’IGF-II. La mesure directe des IGF dans les échantillons de sérum sans prétraitement se traduit par des résultats erronés. En raison de la dissociation très lente des complexes IGF/IGFBP pendant l’incubation, seule une partie de l’IGF-II du prélèvement peut se lier aux anticorps et être détectée.
Le dosage est simple, rapide et les résultats ne dépendent pas de la concentration des protéines de liaison présentes dans l’échantillon. Il est basé sur la très forte spécificité des anticorps anti- IGF-II utilisés. Il n’y a pour ainsi dire pas de réaction croisée avec l’IGF-I. Cela permet la séparation de l’IGF-II de ses protéines de liaison par acidification et le blocage des protéines de liaison libres par l’IGF-I. De plus, l’IGF-II endogène est libre en solution.
Ce dosage est utile pour une investigation dans le domaine de l’hypertrophie néonatale (l’IGF-II est un facteur de croissance fétal) et des tumeurs (l’IGF-II est un facteur de croissance monogénique).
L’IGF-II est utile pour faire le diagnostic différentiel des tumeurs. Grâce à l’IGF II, il est possible de faire la
différence entre les carcinomes et les adénomes adrenocorticaux. Dans les tumeurs prostatiques, il est possible
d’évaluer le stade de la tumeur et de faire la différence entre hyperplasie et carcinome.Le système IGF semble
également présenter un intérêt dans les atteintes neurodégénératives comme les maladies d’Alzheimer et de
Parkinson.
 

Informations utiles

Retour à l'index