Facteurs de Croissance

Nom du produit

IGFBP-1

“Insulin like Growth Factor Binding Protein-1 “

Cat. noE01
Gamme0.1 - 128 ng/ml (après dilution 1:16)
Sensibilité0.02 ng/ml
Durée d'incubation2 heures
Volume échantillon20 µl (à diluer 1:16 pour le sérum et le plasma)
Echantillon

Sérum, Plasma (EDTA et Héparine), Urine, Culture cellulaire.Les résultats obtenus avec le Plasma Citrate sont inférieurs de 15%.

Précautions

Refroidir les échantillons dès que possible après le prélèvement. Conserver
à –20°C. Maximum 3 cycles de congélation/décongélatioin.
 

Valeurs de référence

Sérum Adultes normaux

 

Valeurs (ng/ml) Médiane (ng/ml)
Femmes (n=33) 0.23 – 16.07 4.24
Hommes (n=36) 0.42 – 17.94 2.71

 

 

Intérêt clinique

Les facteurs de croissance « Insulin-like” IGF- I and II sont liés à des protéines spécifiques dans les liquides biologiques et dans les tissus. A ce jour, on connait 7 protéines de liaison différentes (IGFBP-1 à -7), et on a détecté également plusieurs IGFBP-related proteins. La biodisponibilité de l’IGF est régulée par ces IGFBPs mais leurs fragments protéiques peuvent également exercer des effets IGF-indépendents, comme influencer la migration ou la prolifération cellulaire.
L’IGFBP-1 (Protéine placentaire 12) est formée de 234 acides aminés et a un poids moléculaire d’environ
25 kDa. La région codant pour l’ADN est située sur le chromosome 7. L’IGFBP-1 est principalement synthétisée par le tissu hépatique et l’endomètre décidual chez le foetus et chez l’adulte. L’intensité de son expression varie pendant la menstruation avec un maximum pendant la phase sécrétoire. De plus l’expression de l’IGFBP-1 semble être régulée par le taux d’insuline, celle-ci ayant un effet inhibiteur sur l’expression. Cette action de l’insuline se traduit par un rythme diurne avec des variations d’un facteur 10.
Lors de la grossesse, la concentration en IGFBP-1du sérum maternel augmente de façon significative, avec des valeurs maximales pendant le 2ème trimestre ou au cours des semaines 22.-23 de gestation (75,8 ng/ml) puis diminuent lentement jusqu’au terme. Les concentrations en IGFBP-1 ne sont pas seulement augmentées dans le sérum maternel, mais aussi dans le sérum foetal et atteignent des taux très élevés dans le liquide amniotique. (qui peuvent atteindre plus de 1000 fois les taux sériques).
Les concentrations sériques en IGFBP-1 à court terme peuvent être fortement influencées par la nutrition et donc par l’insuline. On a trouvé des taux diminués lors d’un jeûne ou au cours du diabète. Les taux d’IGFBP-1 augmentent lors d’exercices intensifs. On a cherché à établir la valeur diagnostique dans la résistance à l’insuline et la rupture avant terme de la membrane et on a démontré qu’elle existait dans ce dernier cas.
- Métabolisme énergétique
Si on se base sur l’influence de l’insuline sur les taux sériques d’IGFBP-1, on pense que l’IGFBP-1 est un marqueur potentiel de l’insulino-résistance. Le dosage de l’IGFBP-1 étant beaucoup plus s imple à réaliser que le taux d’absorption du glucose, cela simplifierait le diagnostic de l’insulinorésistance.
Maddux et al ont montré sur 23 patients non-diabétiques que la concentration sérique de l’IGFBP-1 corrèle très bien avec le taux d’absorption du glucose, mieux que l’Index HOMA.

-Grossesse
Dans la grossesse, on a trouvé une différence significative entre les taux sériques d’IGFBP-1 chez les femmes en bonne santé et chez les femmes diabétiques ou souffrant de pré-éclampsie (102,8 au lieu de 203,71 ou
281,09 ng/ml respectivement).
D’autre part, l’évaluation de l’IGFBP-1 comme marqueur de la rupture de la membrane a montré une forte spécificité (97%) et sensibilité (75%) de l’IGFBP-1 dans les replies du vagin et du col. Dans cette étude, les taux d’IGFBP-1 >100 ng/ml ont été définis comme le seuil de détection du liquide amniotique permettant de faire le diagnostic de rupture de la membrane. Une valeur prédictive de 97% montre clairement que l’IGFBP-1 est un bon marqueur de la rupture de la membrane.
 

Informations utiles

Retour à l'index